Vous êtes ici : Accueil > Publications > Biodiversité

Publications Biodiversité

Imprimer la page

Les haies et fragments forestiers picards sont parés de bénéfices environnementaux concernant le maintien et la circulation de la biodiversité floristique et faunistique. Le projet Forhaie, piloté par l’Université Picardie Jules Vernes, a mesuré le rôle des haies ou bois sur la présence de carabes.

Depuis plusieurs années, les Chambres d’agriculture picardes étudient l’impact des systèmes agroforestiers sur les grandes cultures afin de répondre aux questions des exploitants. Quels sont les bénéfices environnementaux ou agronomiques ? De quelles aides peut-on bénéficier ? Et bien sûr, quel est l’impact économique de...

Les Chambres d’agriculture des Hauts-de-France animent depuis 6 ans le réseau AuxiPROD, visant à sensibiliser les agriculteurs sur les services écosystémiques rendus par les auxiliaires en système de grandes cultures.

La Chambre d’agriculture des Hauts-de-France suit un réseau de parcelles aménagées en bordure et de parcelles agroforestières. Elle étudie notamment l’influence des aménagements sur les populations d’auxiliaires et sur le salissement des parcelles.

Les coccinelles appartiennent à l’ordre des coléoptères et sont près d’une centaine d’espèces en France. Mesurant entre 1 et 15 mm, le corps est compact, ovoïde et coloré variant du jaune, au noir.

Les éléments paysagers (bandes fleuries, bandes enherbées, haies, agroforesterie,…) ont de nombreux intérêts au sein de l’exploitation agricole. Ont-ils un réel impact sur la lutte biologique? Pourraient-ils permettre de réduire l’utilisation des produits phytosanitaires? Quelles répercussions sur le salissement des parcelles?

Les données de piégeage de carabes accumulées depuis 2011 dans le cadre du programme AuxiPROD sont conséquentes : 250 000 carabes capturés et plus de 80 espèces identifiées.

Les observations réalisées sur une soixantaine d’exploitations picardes ont permis de dégager certaines tendances qui permettent d’optimiser ces...

Les objectifs de la campagne 2016 sont la réalisation des inventaires des protocoles flore et papillon et la création de l’historique des pratiques culturales (2012-2015) des parcelles étudiées afin de continuer les suivis « biodiversité » et de reprendre et affiner l’analyse des données des années précédentes.

Les intérêts de l’agroforesterie sur l’érosion, la fertilité des sols, la qualité de l’eau, la biodiversité, etc, sont aujourd’hui bien connus. Cependant, ces connaissances ne permettent pas aujourd’hui de répondre à la question récurrente des agriculteurs: «Est-ce que l’agroforesterie sera rentable dans mon champ?».