Vous êtes ici : Accueil > Publications

La publication en détail

Imprimer la page

Biodiversité en pratique: Profiter de l’obligation réglementaire d’implantation de couverts végétaux hivernaux pour accueillir la biodiversité

L’obligation de couverture des sols ne pousse pas à la curiosité hors de la traditionnelle moutarde. Cependant, les couverts végétaux ne doivent pas être négligés pour booster la fertilité, restructurer les sols… et favoriser la biodiversité !

 

Le fenugrec est une légumineuse qui dégage une odeur de curry attirant le petit gibier. Semé à 15kg/ha + une avoine rude à 20kg/ha il attirera de nombreux animaux et est même sensé repousser les insectes ravageurs. Sa croissance déterminée en fait un candidat pour des associations peu compétitives avec le colza.

 

 

 

Le sarrasin a un pouvoir mellifère très favorable, une floraison étalée et un pouvoir allélopathique contre les dicotylédones qui mérite d’être valorisé ! Semé pas trop tôt pour éviter qu’il graine, en association avec un radis chinois très restructurant (2kg/ha), une avoine rude (20kg/ha). Attention aux repousses et à l’effet dépressif des chaumes.

 

 

 

La fleur de phacélie produit 500 kg/ha de nectar, ce qui en fait un booster à auxiliaires qui y trouvent gîte et couvert. Le semis est à soigner. Assez précoce, à 5kg/ha, la phacélie restructure efficacement le 1er horizon. Elle gagne à être associée à un trèfle d’Alexandrie à 5kg/ha, un radis à 3kg/ha. Le gel détruira bien ce couvert si la biomasse est importante.

 

 

 

Les inconditionnels de la moutarde peuvent utiliser des moutardes brunes, bio-fumigantes et répulsives (nématodes, champignons). Pour combiner avec une approche faunistique, coupler une faible densité de semis (1 à 2kg/ha) pour le passage de la faune, avec un trèfle d’Alexandrie à 8/10 kg/ha qui couvrira le sol.

 

 

Contact : Rémi Masquelier – Chambre d’agriculture de Picardie
Pour en savoir plus : www.gestionsdeterritoire.fr