Vous êtes ici : Accueil > Publications

La publication en détail

Imprimer la page

Biodiversité en pratique: Permettre un contrôle biologique précoce des syrphes

Il est primordial d’assurer un contrôle précoce du risque d’infestation des cultures par les colonies de pucerons (Puceron des épis de céréales et Puceron des céréales et du rosier). Cela peut être favorisé par une floraison précoce des bords de champs ou au sein de l’interculture.

Certaines espèces végétales vivaces ou bisannuelles utilisent leurs réserves pour se développer dès la fin de l’hiver. Elles sont aussi hôtes de pucerons spécifiques qui ne vont pas sur les cultures. Elles attirent ainsi les auxiliaires et servent de ressource alimentaire alternative pour les larves. De façon logique, quand la densité de syrphes devient importante au sein des bandes enherbées, les adultes migrent vers les zones cultivées adjacentes et y déposent leurs œufs.

On peut raisonner de la même façon, le choix des couverts d’interculture en cherchant à développer des populations d’auxiliaires qui viendront ensuite pondre au sein des premières colonies de pucerons dans les cultures.

Ainsi, le semis d’espèces végétales à floraison précoce (automne contre les pucerons vecteurs de maladies virales, sortie d’hiver sinon) présente un intérêt dans la lutte biologique. On peut également favoriser la présence d’espèces à nectaires extra-floraux qui fournissent du nectar aux adultes, même en l’absence de fleurs.

Article rédigé d’après Sarthou & al. 2011, 2014.

Auteur & contact :
Régis Wartelle – Chambre régionale d’agriculture des Hauts-de-France

Pour plus d’informations : www.gestionsdeterritoire.fr