Vous êtes ici : Accueil > Publications

La publication en détail

Imprimer la page

Biodiversité en pratique: Les syrphes, reines du mimétisme !

  • Abeille ou syrphe ?

 

Combien d’entre vous se sont déjà posé la question, en voyant cet insecte volant ? Pourtant, il s’agit bien d’une syrphe, de l’ordre des Diptères, c'est-à-dire de l’ordre des mouches. La confusion est courante, notamment par ceux qui craignent les hyménoptères (abeilles, guêpes, frelons …) ! En effet, la plus part des espèces de syrphes ont la particularité de leurs ressembler alors, que ce sont des insectes totalement inoffensifs ! Les syrphes de piquent pas !

 

 

Cette stratégie de mimétisme batésien (= le fait de se faire passer pour une autre espèce, par exemple, en se parant des attributs d’espèces non comestibles, voire dangereuses) permet aux syrphes d’échapper à leurs prédateurs naturels, principalement les oiseaux. Les syrphes se distinguent des hyménoptères par une plus petite taille (entre 9 et 12 mm) et à leur vol stationnaire caractéristique. Elles sont capables de maintenir un vol sur place et de se déplacer latéralement à grande vitesse!

  • L’utilité des syrphes aux champs

Les syrphes sont utiles en agriculture, notamment en lutte biologique. La plus part des espèces sont aphidiphages (se nourrissent de pucerons entre 400 et 700 au cours de leurs vies selon les espèces) à l’état larvaire, tandis que d’autres sont mycophages (se nourrissent de champignons), ou saprophages (se nourrissent de matière organique en décomposition). En revanche, à l’état adulte, toutes les espèces de syrphes sont pollinisatrices (se nourrissent de nectar et de pollen). Ainsi, les populations de syrphes peuvent servir à réguler les populations de ravageurs en champs et à compléter les moyens de lutte déjà existants.

  • Pour attirer des syrphes, des fleurs !

 

Aménager les bords de champs avec des bandes enherbées et fleuries favorise l’arrivée de nombreux pollinisateurs dont les syrphes dans les parcelles cultivées. Pour cela, les plantes riches en nectar, et à floraison abondante sont à privilégier. En voici quelques exemples : les légumineuses, la phacélie, le sarrasin, le tournesol ou encore les crucifères. Désormais, ouvrez l’œil, les syrphes sont actives !

Auteur et contact: Cécile Augrain, Chambre Régionale d'Agriculture de Picardie 
Pour plus d’informations : www.gestionsdeterritoire.fr

 

 

Crédits photos: John Daire/CRA Picardie