Vous êtes ici : Accueil > Publications

La publication en détail

Imprimer la page

Biodiversité en pratique: L’entretien des près-vergers

Le pré-verger, qui associe arbre fruitier de haute tige et prairie, retrouve un certain intérêt. Pour l’entretien des arbres, on distingue trois opérations distinctes :

Réalisée annuellement dès les premières années, la taille de formation vise à façonner l’architecture de l’arbre. Concrètement, on conservera 4 à 6 rameaux (futures charpentières) répartis de façon assez homogène autour du tronc, qu’on cherchera progressivement à renforcer. L’objectif est aussi de permettre une bonne aération du houppier, importante vis-à-vis des problèmes sanitaires, et un ensoleillement maximal de ce dernier. La production optimisée de fruits n’est pas l’objectif à ce niveau.

Les tailles d’entretien ou de fructification
Outre les interventions sanitaires (élimination des branches chancreuses, gui...), ces tailles visent à maintenir l’aération et l’ensoleillement du houppier en tout point pour avoir une mise à fruit homogène. Les arbres à noyaux nécessitent moins de taille de fructification que les arbres à pépins.
Chaque année, les branches pourront aussi être rabattues d'un tiers favorisant l’approvisionnement des  fruits en sève ainsi que l’émission d’un maximum de bourgeons à fleurs.

A noter que, selon l’espèce, les arbres ne seront pas taillés à la même période. Pour les arbres à pépins (pommiers, poiriers…) : intervention de novembre à mars (hors période de gel) et plutôt en fin d'été pour les arbres à noyaux, sauf cerisier où on interviendra de mi juin-mi aout.

La taille de restauration concerne les vieux sujets n’ayant pas bénéficié d’entretien régulier (cf. développement anarchique du houppier). Cette taille de rattrapage, synonyme d’intervention lourde, vise à ré ouvrir le cœur de l’arbre en supprimant notamment les branches parasitées, mortes, mais aussi traversant de part en part le houppier.

Il est important de souligner qu’avant toute intervention, les outils utilisés doivent être bien affutés pour une bonne cicatrisation et désinfectés régulièrement pour éviter la propagation de parasites !

Contact : Marie Pillon - Chambre d’agriculture de l’Oise
Pour plus d’informations : www.gestionsdeterritoire.fr