Vous êtes ici : Accueil > Publications

La publication en détail

Imprimer la page

Biodiversité en pratique: L'agroforesterie, quels sont les impacts de l'ombre des arbres projetée sur les cultures?

Au préalable, nous pourrions définir l’agroforesterie comme étant un mariage entre arbres et cultures, la rencontre entre environnement forestier et le monde agricole au sein de la même parcelle.

Pourquoi les exploitants souhaitent ils pratiquer l’agroforesterie sur leur exploitation?

Selon les exploitants, les objectifs liés à la mise en place de l’agroforesterie sont multiples, Il s’agit avant tout de produire du bois d’œuvre et d’en tirer à plus ou moins long terme un revenu.

D’autres arguments sont avancés comme la protection des sols, mais aussi une réintégration de la biodiversité. Ils évoquent également d’autres avantages comme l’apport de matière organique des racines (1/3 décomposé dans le sol par an) et des feuilles, ou encore l’effet brise-vent ainsi que la qualité paysagère.

L’impact de l’ombre sur les cultures: il existe mais comment le mesurer, l’évaluer?

L'ombre, qu'elle soit produite par une haie ou par un alignement d'arbres, impacte le rendement des cultures de manière positive ou négative. Pour évaluer cet impact, un  protocole de suivi du rendement des cultures a été mis en place depuis 2 ans aux abords des bandes d’arbres dans les parcelles agroforestières en Picardie. Il s’est traduit par l’étude du rendement à plusieurs distances de la bande d’arbres via des prélèvements manuels (Chambre d’agriculture Régionale Hauts de France) et des vols de drone (Chambre d’agriculture de la Somme).

Les résultats demeurent  encourageants mais étudier l’impact de l’ombre seul ne semble pas suffisant. De multiples facteurs rentrent en jeu. Il est nécessaire d’approfondir l’étude et de la conduire dans le temps lorsque les arbres seront plus âgés.

L’incidence de l’orientation des alignements d'arbres sur le rendement est visible, mais bien d’autres facteurs sont à prendre en compte pour évaluer le degré d’influence de l’ombre sur la culture, tel que les types de sols, le type d'agriculture pratiquée, les itinéraires techniques suivis, la surface variable de l’ombre générée par les arbres d’un même âge, le microclimat local ...

Ainsi, l'ombre semble être spécifique à chaque parcelle. On a pu observer un impact négatif de l’ombre au moment du tallage de la culture et de l'épiaison, mais qui est parfois compensé par une hausse du nombre de grains par épi ou du PMG (Poids de Mille Grains).

Ces résultats restent à consolider dans le temps et poussent les études à se concentrer d’avantage sur un modèle agroforestier représentatif des systèmes picards et implanté depuis au moins 10 ans pour obtenir des données plus facilement exploitables au vu du nombre de facteurs en jeu. L’étude de la corrélation de la variation intra-parcellaire des rendements dans le temps et de l’évolution de l’ombre des arbres pluri-annuellement permettrait de mieux comprendre comment limiter l’impact de ce facteur en optimisant les systèmes existants ou mis en place.

Le ressenti des agroforestiers est primordial: leur sentiment que l’ombre des arbres de moins de 10 ans n’a pas d’incidence sur les rendements est juste si l’on en croit les résultats d’expérimentation obtenus. Les retours de terrains permettent également de conseiller les futurs agroforestiers et de les orienter vers des modèles d’implantation et d’entretien adaptés aux besoins et aux attentes des agriculteurs dans le cadre de la culture des terres.

Des études complémentaires sur les effets des arbres dans les champs devraient permettre à terme d'écarter la prédominance d'autres facteurs induits. Ainsi les recherches pourront se concentrer sur les paramètres les plus influençant pour optimiser les systèmes agroforestiers et maximiser leur retombée technique et économique pour les exploitants et l’environnement.

Et vous, que pensez-vous de l’ombre des arbres ?

- Un article de Benoit LEMAIRE (Chambre d'Agriculture de l'Aisne) présente des projets agroforestiers en cours d'implantation. Quel impact aura l'ombre dans quelques années ?
- Un guide d’entretien des systèmes agroforestiers est en cours de réflexion à la Chambre d'Agriculture de la Somme
.

Pour en savoir plus - Sodonie ARTRU a soutenu sa thèse en Juin 2017 sur l'impact de l'ombre sur la distribution en grains par épis et en protéines du blé d'hiver. Au sein de l'Université de liège – Gembloux AgroBioTech.

Contacts Chambre d'agriculture de la Somme:
Jérôme Cipel, maître de stage
Maryse Magniez, conseillère référente agroforesterie

Crédit photo: J.Renard/CA80