Vous êtes ici : Accueil > Publications

La publication en détail

Imprimer la page

Biodiversité en pratique: Implanter des bandes enherbées, pour quoi faire ?

La bande enherbée est un couvert végétal multifonctionnel d’au moins 5 mètres de large (minimum légal) composée d’une flore adaptée aux caractéristiques spatiales de la parcelle, à son environnement ainsi qu’aux exigences de l’exploitant. Cet aménagement présente des intérêts environnementaux, agronomiques et paysagers.

  • Je veux préserver un patrimoine commun : l’eau

En bordure de rivière, la mise en place de bandes enherbées permet de reculer l’activité agricole des berges et de créer des zones tampon assurant ainsi un frein au ruissellement et aux risques liés à l’épandage de fertilisants ou de traitements phytosanitaires.

  • Je veux protéger mon outil de travail : le sol

La localisation pertinente de bandes enherbées prévient contre l’érosion des sols, soit par le renforcement des talus et fossés, l’apport de matière organique, le maintien de la structure du sol et l’amélioration de la vie microbienne du sol, notamment par l’implantation d’une couverture hivernale. Un couvert réussi est également une vraie barrière contre les adventices. Un mélange fétuque/Ray Grass, par exemple, est très dense à partir de la 2ème année ce qui permet d’éviter les salissements des parcelles. De plus, cet aménagement contribue au maintien de la diversité des paysages picards.

  • Je veux favoriser l’implantation d’une flore et d’une faune diversifiée sur ma parcelle

 

Lorsque des parcelles subissent des dégâts de gibiers, l’implantation de bandes enherbées permet de contenir la faune dans une zone où elle peut brouter et se coucher. Les bandes enherbées servent de gîte, de lieu de reproduction, de nourriture pour l’agri-faune et facilitent le déplacement de la faune et des auxiliaires de culture.
Ces linéaires ont de nombreux intérêts. Il est donc souhaitable d’en implanter sur l’exploitation. S’ils sont diversifiés, bien gérés et bien localisés, ces aménagements n’occuperont qu’une part minime de la SAU.

Contact : Cécile Augrain - Chambre régionale d’agriculture des Hauts-de-France

Pour plus d’information : www.gestionsdeterritoire.fr

Crédits photos : Rémi Masquelier/CRA Picardie