Vous êtes ici : Accueil > Publications

La publication en détail

Imprimer la page

Biodiversité en pratique: Bords de champ et biodiversité

Les bords de champ ont une grande importance dans le maintien de la biodiversité de nos paysages de plaine… Ils sont hélas souvent accusés de resalir les parcelles. Alors comment concilier au mieux exigences agronomiques et intérêts pour la biodiversité?

Nourrir les insectes auxiliairesLeur intérêt réside d’une part dans la fourniture de pollen et de nectar aux insectes butineurs (abeilles, bourdons, ..) et auxiliaires (syrphes, chrysopes, micro-hyménoptères parasitoïdes, …). Un semis de fleurs peut être intéressant dans la mesure où la place n’est pas laissée à des adventices indésirables. La flore spontanée est cependant toujours la plus intéressante pour les insectes! (carottes sauvages, véroniques, centaurées, …). Appauvrir le sol en évitant les déports de fertilisation sur les bordures et en exportant les fauches est une manière efficace de favoriser à terme ces espèces intéressantes.

Abriter les oiseaux et la petite faune
La hauteur du couvert de la bordure protège la faune des prédateurs et permet la reproduction et la nidification des oiseaux, notamment les perdrix. Le mieux est donc de laisser un couvert durant la période sensible de la reproduction entre avril et juin. Dans ce cas, broyer, ou mieux, faucher la bordure fin juillet ou août. Si ce n’est pas envisageable par rapport aux périodes de travail, mieux vaut faucher à la sortie d’hiver ce qui laissera de l’espace aux oiseaux pour se nourrir à défaut de pouvoir nicher.

Eviter le resalissement depuis les bordures
Pour limiter le resalissement depuis les bordures, il est important de:

  • favoriser la fauche plutôt que le broyage qui à tendance à répandre les semences légères dans les parcelles
  • éviter les déports de fertilisation qui favorise les espèces nitrophiles (gaillet, ray-grass, …)
  • éviter le désherbage chimique total qui va favoriser les espèces compétitives (notamment le brome)

Dans certains cas, le semis d’une bande enherbée intermédiaire peut être une bonne solution pour stopper l’avancée des vivaces à rhizomes (chardons, chiendents,…) depuis certaines bordures mal entretenues.

Auteur: Régis Wartelle - Chambre d’agriculture des Hauts-de-France

 

 

 

Pour plus d’informations : www.gestionsdeterritoire.fr