Vous êtes ici : Accueil > Publications

La publication en détail

Imprimer la page

Biodiversité en pratique: Agroforesterie, quels arbres planter ?

Lors du montage d’un projet agroforestier, une question est particulièrement récurrente: Quelles sont les arbres à privilégier ? Pour répondre à cette question, plusieurs paramètres doivent être pris en compte.

Avant toute chose, un projet agroforestier doit être réfléchi et adapté aux objectifs et aux attentes du planteur : ceux-ci peuvent aussi bien être agronomiques (apport de matière organique au sol), économiques (vente de grume ou de bois énergie), cynégétiques ou encore environnementales (création de zones de refuge pour les auxiliaires).

Au-delà de ces éléments, il est indispensable de s’intéresser aux caractéristiques de la « station » (parcelle) qui accueillera les arbres : réserve utile en eau, pH, hydromorphie potentielle, profondeur et topographie. En fonction de ces données, certaines essences seront à privilégier par rapport à d’autres. Par exemple, certaines essences ne tolèrent pas le calcaire actif du sol  (ex: châtaignier), ce qui l’exclut d’un certain nombre de projets. Certaines textures marquées peuvent constituer une contrainte dans le choix des essences (ex : merisier à éviter sur sols à argile lourde).
Ainsi, les essences les plus communément implantées sur les parcelles picardes sont les érables, les noyers, le merisier, l’alisier torminal, le poirier et le pommier.

Aujourd’hui, les études sur l’agroforesterie menées en Picardie doivent être poursuivies pour mesurer les relations entre arbres et culture agricole. Mais une certitude : quelle que soit l’essence plantée, il faudra les entretenir (taille de formation et élagage).

Auteurs et contact :
Marie Pillon – Chambre d’Agriculture de l’Oise
Geoffrey  Pastureau -  Chambre d'agriculture de la Somme

Pour plus d’informations : www.gestionsdeterritoire.fr