Vous êtes ici : Accueil > Publications

La publication en détail

Imprimer la page

Biodiversité en pratique: Agir pour le petit gibier en période hivernale

 

L’hiver est une période bien souvent préjudiciable pour le petit gibier : manque de couvert et nourriture plus rare… Encourager à l’aménagement des territoires et mettre à la disposition du petit gibier des couverts, haies, cultures à gibier, jachères faunes sauvage, … sont autant de moyens favorables pour le  maintien de la population de petit gibier et la régulation des agro – écosystèmes, comme facteurs de biodiversité.

 

 

 

L’implantation de cultures à gibier ou de cultures faunistiques va permettre d’améliorer la survie et la reproduction des espèces, d’apporter couvert et nourriture en automne et hiver et ainsi augmenter la capacité d’accueil du territoire en petit gibier. Ces éléments sont à privilégier en bordure de bosquet ou de haie, sur de petites parcelles. L’important est de n’effectuer aucune intervention du mois d’avril au mois d’août afin de ne pas pénaliser la nidification et de laisser la culture en place l’hiver. Quelques exemples de mélanges à adapter en fonction de la nature du sol : sorgho/tournesol, maïs/sorgho, avoine/sarasin, luzerne/céréales, mélange herbacé avec luzerne.
Le nourrissage est également un élément primordial quelque soient les conditions climatiques.

 

 

 

D’une manière générale, nous pouvons dire que c’est hors période de chasse du gibier que se prépare la prochaine saison de chasse. Il est important d’utiliser les agrainoirs en bordures de parcelles à raison d’un poste pour 10ha de plaine. Les agrainoirs à poste fixe d’une année sur l’autre vont permettre de fixer les couples qui s’y rendront en confiance. L’agrainage vise à minimiser les pertes hivernales grâce à un meilleur cantonnement des populations Durant les deux périodes importantes, que sont le printemps et l’hiver les agrainoirs seront positionnés en fonction des compagnies présentes et dans les zones les plus défavorisées en termes de ressources alimentaires.

 

 

 

Enfin, la régulation des prédateurs par l’utilisation de toutes les techniques légales, tir d’affut, battues et surtout par le piégeage des corvidés et des renards reste indispensable. Des formations piégeage sont proposées par la fédération des chasseurs de votre département.

 

 

 

Co - rédacteurs: Amandine Dubos (Chambre d’agriculture de la Somme) & Anthony Danesin (Fédération des chasseurs de la Somme)

 

 

Contact : Anthony Danesin, Fédération des chasseurs de la Somme
crédits photos: Fédération des chasseurs de la Somme