Vous êtes ici : Accueil > Actualités

Détail de l'actualité

Imprimer la page

Cap Valeur Ajoutée: Développer et élargir les potentialités de son exploitation

Plusieurs raisons peuvent amener un chef d’exploitation à réfléchir à un projet de diversification. Qu’il s’agisse d’augmenter les résultats économiques, de créer une nouvelle activité en prévision d’une augmentation de main d’oeuvre, de valoriser un bâtiment, …, ce n’est jamais une décision légère puisqu’elle entraînera en même temps que de nouvelles perspectives, de nouveaux risques.

Un projet accompagné a d'autant plus de chances de réussir qu'il est entouré généralement de plusieurs sources de compétences... Les chambres d’agriculture en fourmillent, n’hésitez pas à les utiliser!

 

La diversification : une nouvelle stratégie de développement

La diversification demande d’intégrer de nouvelles compétences, de s’adapter à d’autres réglementations, d’autres milieux professionnels, se différencier et être compétitif pour s’imposer sur de nouveaux marchés concurrentiels.

Le chef d’entreprise devra réorganiser son fonctionnement, créer des espaces de travail adaptés, vendre ses produits ou prestations ce qui signifie trouver des débouchés économiques, convaincre ses futurs clients et, souvent, réaliser des investissements plus ou moins conséquents.

Une diversification réussie est le fruit d’un projet mûrement réfléchi

Pour l’entreprise, une diversification reste un pari, un pari dont le risque peut être maîtrisé grâce au travail réalisé en amont. Il est important de prendre le temps d’apporter des éléments fiables qui vont répondre au questionnement du chef d’exploitation et lui permettre de vérifier la faisabilité et viabilité de son projet. Une multitude d’aspects techniques, juridiques, fiscaux, sociaux, commerciaux et financiers sont à prendre en compte et sont autant de facteurs déterminants dans le choix du positionnement de l’activité sur le marché.

En fonction de la nature du projet, une étude de marché peut se révéler incontournable pour s’assurer de l’adéquation de l’offre et la demande, une approche des différents investissements à prévoir est une priorité pour définir les ressources à mobiliser, une étude de dimensionnement de l’atelier de transformation peut être un atout majeur dans l’optimisation des moyens ou encore la réalisation d’un plan de maitrise sanitaire adapté et efficace, une obligation sanitaire qui bien menée peut devenir un point fort commercial. La liste des exemples pourrait être longue….

Faciliter l’accompagnement des projets créateurs de valeur ajoutée : une préoccupation majeure pour les Chambres d’Agriculture

Le fait d'être accompagné est souvent vu comme un gage de sérieux auprès de partenaires et c’est aussi un moyen de surmonter les passages difficiles ou complexes. L'accompagnement que vous proposent les chambres d’agriculture, ce n'est pas de « faire à votre place...» mais de se joindre à vous pour aller là où vous allez en même temps que vous.  Les travaux de recherche sur l’entrepreneuriat sont formels : l’accompagnement des projets et de leurs porteurs en phase d’amorçage est un élément essentiel pour leur réussite. Ils montrent ainsi que 5 ans après leur création, seules 46% des entreprises nouvelles subsistent alors que 70% des entreprises aidées existent encore. Contactez-nous pour en savoir plus.

« Avec l’accompagnement des Chambres d’agriculture, j’ai gagné 3 ans »

Témoignage de Vincent Lévèque, agriculteur à Rocourt St Martin (02)

J’ai repris l’exploitation parentale et Thomas, mon frère, s’est installé sur celle de notre oncle.
En 2015, nous avons étudié ensemble l’opportunité de créer un atelier de poules pondeuses de plein air. Ce futur atelier permet de bien compléter nos fermes respectives à tendance céréalières : incorporation des céréales de l’exploitation dans l’alimentation, utilisation des fientes comme engrais organique et intégration d’une nouvelle embauche. Fin 2016, la construction du poulailler est achevée et la production mise en route.

Dans quel contexte avez-vous pris la décision d’amorcer la vente en circuit court ?

Au cours de la réalisation de ce projet, les commerçants des environs nous ont sollicités à plusieurs reprises. Nous avons alors décidé de commercialiser une partie de la production en circuits courts ce qui permet de diversifier nos circuits de distribution, de mieux valoriser cet atelier et d’occuper une personne en complément de l’activité poulailler.
Fin 2016, pour pouvoir commercialiser nos oeufs en circuits courts dans le respect de la réglementation sanitaire, nous aménageons un centre d’emballage d’oeufs pour lequel il est obligatoire d’obtenir l’agrément de la DDPP (Direction Départementale de la Protection des Populations).

Avez-vous été accompagné par la chambre d’agriculture ?

Oui, par le biais d’un contrat de progrès. Nous avons été accompagnés d’une part pour le montage de notre dossier financier auprès du conseil régional dans le cadre de l’aménagement et équipement de notre local d’emballage d’oeufs, d’autre part pour la réalisation de notre dossier de demande d’agrément sanitaire et la mise en place des procédures.

Cet accompagnement a-t-il répondu à vos attentes ?

Tout à fait, c’est une démarche complexe qui m’a parue compliquée et longue. Si j’avais dû le faire seul, je pense que j’aurais fini par y arriver mais j’aurais mis 3 ans. De façon générale, lorsque j’ai un projet, je m’adresse toujours à la Chambre d’agriculture. Je n’ai jamais été déçu. J’y trouve toujours le bon interlocuteur et l’aide dont j’ai besoin.

Rédactrice: Viviane Demortier, Chambre d’agriculture de l’Aisne

Votre premier contact : Le Point Info Diversification
Aisne: Viviane Demortier - 03 23 22 09 97
Oise: Laurence Margerin - 03 44 11 44 66
Somme: Louise Leprovost - 03 22 33 64 59

Rubrique réalisée par les Chambres d’agriculture Hauts de France avec la participation financière du Compte d’affectation spéciale «développement agricole et rural» et des Conseils Départementaux de l’Aisne, l’Oise et la Somme.